« Retour de Rome » dans la lettre « Maison commune » de l’été 2018

par chretiensunispourlaterre

Les 5 et 6 juillet 2018 le tout nouveau dicastère au développement humain intégral célébrait les 3 ans de l’encyclique Laudato Si’ et sonnait fortement un appel urgent à la mobilisation des chrétiens sur le climat en lien avec les échéances de cet automne (Global climate action summit en septembre et COP24 en décembre).

Évidemment, nous, Chrétiens unis pour la terre étions au rendez-vous !

StUB_HmXo1CQWFslVSwtEYcvJeorGZtbceyf59S_37PfiO4saiwf0RElRJ6cOrganisé par le Vatican, la dimension œcuménique n’a pas manqué avec l’intervention du métropolite Zizoulias de Pergamone et d’un intervenant protestant remarquable en la personne de Bill MacKibben, fondateur de 350.org dont on a découvert qu’il prêchait occasionnellement dans une chapelle aux Etats Unis.

Voici une première synthèse paru dans « Maison commune » la lettre de Chrétiens unis pour la Terre ! Découvrez-là ici : Maison_commune_Juillet2018.

Trois ans après Laudato Si’, le Vatican accélère la mobilisation

C’était le 5/6 juillet, au Vatican, juste à gauche de Saint Pierre, dans le bâtiment Paul VI, couvert de 5000m2 de panneaux photovoltaïques (l’équivalent d’un terrain de foot) où se trouve la plus grande salle des audiences. C’est là que se sont retrouvés plus de 400 acteurs de terrain, qui, chacun dans leur pays, animent des mobilisations sur l’écologie. L’initiative est venue du tout nouveau dicastère – ministère en « vaticanesque » – au développement humain intégral, dicastère qui comprend l’écologie intégrale, aidé d’organisations de terrain comme la CIDSE (réseau auquel appartient le CCFD) et Caritas (réseau auquel appartient le Secours catholique) mais aussi le plus récent GCCM (Mouvement catholique mondial pour le climat – auquel participe CUT depuis le commencement).
Le mot le plus utilisé : « urgence »
Les témoins, prestigieux ou issus du terrain ont été unanimes sur un point : il y a urgence ! Pour illustrer divers aspects du message, de nombreux intervenants en commençant par le cardinal Turkson (à droite sur la photo), le préfet du dicastère, une sorte de monsieur écologie du Vatican demande de trouver de nouvelles voies d’inviter le monde à écouter. Pour ajouter encore du poids, le cardinal Parolin (au milieu), le secrétaire d’État (une sorte de premier ministre) insiste sur le fait que l’être humain est le « gardien de la création et non son maître » et que « l ’urgence est claire » ! Le secrétaire français du dicastère, Mgr Bruno-Marie Duffé (à gauche) insiste sur les dialogues nécessaires.

WDJErjAbhj2MKeLjnTe3paw1MCc1ZgR1RQCOUnobKcAaqVkbltAlXAEKvxy
Ensuite les témoignages se succèdent, nombreux, tantôt ludiques (en ouverture danse d’enfants de l’éco-village chrétien Nomadelfia, en Toscane), tantôt émouvants (l’appel des jeunes et des peuples autochtones d’Amazonie, l’engueulade du shaman du Groeland, l’appel inoubliable des Pacific Climate Warriors de Polynésie…) tantôt scientifiques (climatologues) ou politiques (Président polonais de la COP24).

KU1UycGLaWseuS4vUkG5VRIFfoGsPPpbL-TWiThxltGpkGKA0JUACk0Myoc
Le constat est sans appel, nous n’avons que quelques années pour infléchir un dérèglement du climat incontrôlable. Le titre de l’intervention du climatologue « dernier appel pour la planète » ou la présence de Bill McKibben, fondateur de 350.org ont montré que les croyants sont une sorte de « dernier espoir » et a insisté sur l’importance de l’action de désinvestissement des fossiles. C’est à la fois un honneur et une bien lourde responsabilité. Les français, arrivés en ordre dispersés, étaient nombreux, nous chercherons, comme c’est la raison d’être de CUT, de favoriser une action commune dès la rentrée, condition indispensable pour porter des fruits et pour oser monter d’un cran nos ambitions.
Reposons-nous bien (sans trop émettre de CO2), on va bouger à la rentrée !

On peut retrouver des interventions et présentation sur le site de la conférence :
http://laudato-si-conference.com/

 

 

Publicités